IV. Caïus Marius

Capture d’écran 2017-06-29 à 16.45.08.png
Caïus Marius

En -105  Rome vient de montrer une nouvelle fois  toute sa faiblesse avec une défaite colossale à Orange où elle  perd 84 000 hommes, soit presque l’essentiel de son armée. L’équivalent de 20 légions sur les 23 dont on pense que dispose Rome.

Caius Marius,  glorieux vainqueur de Jukurtha en Afrique du Nord , rentre à Rome où il est attendu comme le seul qui puisse sauver la patrie. Il est immédiatement   réélu pour la cinquième fois consul , ce qui est inédit.  La peur panique de Rome lui permet  de s’imposer et d’imposer ses idées.

Il doit créer, de toute urgence, de  nouvelles légions, mais le système censitaire classique a épuisé tout les systèmes de recrue possible.

La défense de Rome était jusqu’alors  assurée par des citoyens romains s’acquittant d’un impôt. Dans la Rome de cette époque on pensait que seul , les citoyens qui avaient des biens à protéger, pouvaient défendre Rome efficacement. Les légions jusqu’alors étaient constituées par convocation des petits propriétaires une fois l’an. Romains qui avaient les moyens de s’acheter leur équipement de légionnaire. Ensemble d’individus équipés de façon disparate  qui constituaient une armée de guerriers-citoyens destinée au départ  à la défense de Rome.

la conscription de cette catégorie de citoyen ayant était presque totalement épuisée par les pertes occasionnées par les énormes défaites successives, Marius   fait appel pour la première fois aux « capite censi », aux prolétaires de Rome.  Dans la foulée il effectue aussi toute une série de réformes qui conduisent à la création d’une véritable armée de métier équipée et payée par Rome.legionnaire

Ces hommes seront désormais tout dévoués à leur général, leur avenir dépendant  de la qualité de celui-ci.

Outre le recrutement des hommes, il réforme aussi l’organisation des légions. Celles-ci passent d’un effectif variant de 4 200 à 5 000 légionnaires à un effectif fixe de 6000. Elles se divisent désormais en dix cohortes de six cents légionnaires chacune, chaque cohorte comprenant trois manipules de deux cents hommes. Les légionnaires sont désormais équipés uniformément. A ces légionnaires s’ajoutent 300 cavaliers . La réforme de Marius signe le glas des vélites, puisque tous les légionnaires, même les plus pauvres, sont désormais équipés par l’État : il n’y a donc plus de différence de classe sociale dans le gros des troupes. Toutes les troupes ayant les mêmes équipements, les anciens vélites purent s’intégrer comme légionnaires. L’équipement était désormais fourni et une solde

était garantie au légionnaire.

soldat romain

Mais surtout, Marius promettait à chaque individu  l’occasion de s’enrichir par le butin, et s’engageait à fournir un lopin de terre une fois son service terminé. En contrepartie, le soldat s’engageait sur une longue durée (15 ans).

Autre conséquence de ce type de recrutement et d’équipement, les légions en déplacement sont beaucoup plus compactes, car les nombreux chariots qui les suivaient pour assurer le confort des membres de cette armée  de propriétaires  n’existent plus.

l’arrière garde, où les chariots suivaient sur de grandes longueurs, n’est plus le tendon d’Achille de cette armée en mouvement.

 C’est pour ça que l’on parlait des « mules » de Marius. C’est ainsi qu’on  surnommait les hommes de Marius, bien qu’ils utilisaient aussiles mules pour les charges lourdes. Chaque homme portait outre son nécessaire personnel et ses armes, une partie des équipements servant à l’organisation du camp.

Pour la petite histoire, c’est aussi à Marius que l’on doit l’institution de l’enseigne légionnaire, une aigle d’argent superposée aux enseignes des cohortes.

Certains spécialistes vous dirons que l’on ne peut avec certitude mettre au crédit de Marius toutes ces réformes, mais une chose est sur, c’est qu’il est le premier à se trouver dans une telle situation d’urgence. Autre certitude c’est un superbe stratège et un meneur d’homme hors pair. Sa connaissance des défauts de l’armée et la confiance aveugle qui lui fait Rome terrorisée lui permette d’imposer toutes ses idées.

Capture d’écran 2017-06-29 à 16.45.15.png

Marius ainsi doté, va à la rencontre des Cimbres et des Teutons, patient sage  et avisé,  en bon stratège, il attend deux ans avant de les affronter.

Il met à profit ce temps pour former et entrainer ses nouvelles recrues.  Il  les prépare physiquement en creusant un canal pour affronter un adversaire redoutable, effrayant physiquement et très nombreux .

Il les prépare aussi psychologiquement, il envoie des espions, comme Sylla, vivre parmi les troupes ennemies pour pouvoir expliquer  aux troupes de Marius leurs us et coutumes.

Par chance toute relative les Cimbres et les Teutons se séparent. Mais le rapport de force est toujours impressionnant. Plutarque  nous éclaire sur ce  sujet:

« Les Teutons, voyant que Marius se tenait toujours tranquille dans son camp, entreprirent de le forcer ; mais, accueillis d’une grêle de traits qu’on fit pleuvoir sur eux des retranchements, et qui leur tuèrent beaucoup de monde, ils résolurent de passer outre, persuadés qu’ils franchiraient les Alpes sans obstacle. Ils plient donc bagage, et passent le long du camp des Romains. Le temps que dura leur passage fit surtout connaître combien leur nombre était prodigieux. Ils furent, dit-on, six jours entiers à défiler sans interruption devant les retranchements de Marius ; et comme ils passaient près des Romains, ils leur demandaient, en se moquant d’eux, s’ils n’avaient rien à faire dire à leurs femmes ; qu’ils seraient bientôt auprès d’elles. »

Ainsi en -102 près d’Aix en Provence, contre toute logique malgré cette infériorité numérique, Marius et ses légions  écrasent  les Teutons. 90 000 sont tués, 20 000 sont fait prisonniers dont leur roi Teutobod.

Vint ensuite la bataille de Vercellae  dans la plaine du Po où Marius signe une nouvelle victoire cette fois contre les Cimbres   où  65 000  tombèrent sur le champ de bataille.

 Deuxième victoire éclatante qui marque  la fin provisoire de toutes velléités  et par voie de conséquences de la Toulouse gauloise..

Pour les amateurs et passionné par l’armée romaine et ses détails consultez le site:

https://leg8.fr/

.

:

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s