VII. Deux civilisations côte à côte

spqr
Le Sénat et le peuple romain

Nous avons d’un côté les nouveaux arrivants, les militaires romains, installés dans leur garnison,  protégés par des murs. Chez eux tout a été organisé et prévu, du dessin de leur garnison, de leurs bâtiments  en passant par ce qu’ils mangent, à la façon dont ils sont habillés et armés, à la façon dont ils se déplacent et se battent, rien n’est laissé au hasard, tout est prévu. On rentre dans l’armée comme on rentre en religion. Armée qui va même jusqu’à imposer le célibat à ses hommes de troupe pour s’assurer de leur fidélité sans état d’âme et en toute occasion. Les volontés du groupe passent avant les aspirations personnelles. Leur compagne, et ils en ont bien sûr, sont logées à l’extérieur de l’enceinte du camps.

Ces militaires ont toujours un regard suspicieux à l’égard de ces gaulois qui sont leurs ennemis depuis des centaines d’années.

10845ADe l’autre côtés nous avons un  ensemble d’individus, les Tectosages qui dépendent d’un chef ,mais qui sont avant tout des commerçants pragmatiques et forcement ouverts aux autres.

Les décisions sont discutées, mais tout semble tourner autour de la question de savoir auprès de qui leur commerce sera le plus prospère. Ils sont perçus  par les romains du camp comme des barbares qui aiment trop le commerce au point de lui sacrifier leur propre sécurité

Population gauloise de son côté, perçoit les armées romaines comme des armées d’occupation, mais avec un très fort potentiel économique.

L’ installation progressive  des Volques Tectosages au pied du camp se fait sans organisation urbaine préalable comme traditionnellement dans toutes les « canabae » qui s’installent au pied d’un camp romain sans hostilités de ceux-ci qui y sont habitués et qui y trouvent beaucoup d’utilité d’autant qu’ils logent parmi eux leurs compagnes.

La « gravitas romaine » fait face à l’éternelle « légèreté gauloise »

De ces deux constatations découlent le dessin de  base  de la future Toulouse romaine.

Au centre dans le carré construit nous avons un ensemble de voies toutes perpendiculaires et parallèles les unes aux autres.

Des que l’on quitte le centre de la base, compte tenu de l’implantation progressive et sans organisation préalable tout change. La logique et la pratique prime , et les rues ne sont plus  parallèles et ne se coupent pas à angle droit.

Malgré des suspicions réciproques, ces deux blocs ont besoin l’un de l’autre et bien avant Auguste une protection sera mise en place, au delà du camp stricto sensu, avec des remparts ( et même ajustée et renforcée au moins deux fois en partie Nord) pour protéger ces deux zones commerciales du Sud et du Nord de la base. Preuve s’il en était besoin du rapprochement progressif de ces deux groupes de population

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s